La Boom, le slow de l’été décalé de Thierry Cordier

Souvenirs, souvenirs…
Je me souviendrai de ma première surprise partie… jusque là tout va bien, on se dit qu’on se trouve en présence d’une chanson fin des années soixante, ambiance Procol Harum sur un léger fond d’orgue hammond et de guitares scintillantes chaloupées de « woowap » repris en choeurs.

Toi, couchée sur la table entre deux hommes, c’est lamentable (est-ce l’amant table ?)…Trois verres de gin, un d’malibu, et la soirée n’en est qu’au début… Si l’on n’y prêtait pas attention de suite, l’enchaînement suivant devrait nous confirmer que nous plongeons bien dans une autre dimension. Devant mes yeux boursouflés par un premier joint détourné, toi, couchée dans la paille, entre deux vaches c’était semblable… la tête me tourne, je crois que j’ai trop bu, et la soirée n’en est qu’au début…Je me souviendrai… ouais, ouais, ouais, ouais, ouais, ouaiiiiiiiis.

Puis, c’est l’invitation à danser, un duo qui pourrait nous évoquer la cuisante drague du couple Daumier-Bedos. Tu entres dans la danse, c’est la nuit qui s’agence…

Extrait de #4standby, le dernier EP de Thierry Cordier, La Boom est une joke song, un slow de l’été complètement décalé. Tu danses ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *